Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 11:09

Hey, je ne peux pas faire ce choix, pour toi,

Mais j'entendais déjà sa voix…
Quand deux corps n'en forment plus qu'un,
Quand de deux corps en naissent un...


Hey, je ne peux pas faire ce choix pour toi,
Mais j'entendais déjà sa voix…
Son cœur, se tisser près du tien,
Et puis, sa main dans ta main…

Il, porterait ton nom et ce feu, qui brille dans tes veines et tes yeux,

Cette chaleur tendre, cette force lu-mi-neuse !

Mais bébé pleure, bébé pleure, bébé pleure…

Si, tu lui donnais cette vie, belle, et fragile comme un souffle

Celle, que l’on t’a donnée, un peu de toi…

Oh baby cries, baby cries, baby cries !

 

Si, il suffisait d’un oui, si, tu choisissais l’amour,

Celui, qui fait vivre et naitre, e-xi-ster !

Oh bébé pleure, bébé pleure, bébé pleure.

Si, tu choisissais la vie, et si, tu le laissais venir,

Entre, tes bras ce petit être, d’avenir.

Oh, baby cries, baby cries, baby cries.

 

Toi, tu le ferais grandir,

Lui, il te ferait sourire,

À, s’émerveiller de tout, et de toi…

Oh, bébé pleure, bébé pleure, bébé pleure !

Toi, qui parlait tant d’amour, et, d’aimer en vérité,

Et si, tu donnais ce bonheur cette chance, d’e-xi-ster…?

À ce bébé, cet enfant, exister…

 

Aurore Poret

 

Illustrations : Images publiées en ligne

Repost 0
Published by Le blog Aurore de l'art d'Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 00:59

Composition Aurore Poret©
Repost 0
Published by Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 22:21

 

 

Des troubles, des doutes, des désillusions

D’un jeu de l’amour à ses contrefaçons

Tu es le seul à m’aimer de cette façon

L’âme que tu aimes, vient te redire,

Qu’elle te bénit, te remercie, te déchaînes

 

Je le veux, je le désire, avec toi mon avenir

Je veux je le désire rien ne pourra te contredire

 

La haine des hommes devient une hécatombe,

Les guerres et les injustices nous incombent

Moi je ne veux que vivre et aimer en trombe

Aux pâles raisons, constitutions, législations, ta passion, je préfère

 

Je le veux, je le désire, avec toi mon avenir

Je veux je le désire rien ne pourra te contredire

 

Déçue par l’amour par l’amitié aussi

L’ego, les mots, les silences et l’ennui

Défilent la vie et le temps que l’on fuit

Hésitations, renonciations, disparitions, ta passion, je préfère

 

Je le veux, je le désire, avec toi mon avenir

Je veux je le désire rien ne pourra te contredire

 

Repost 0
Published by Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 19:35

Solitude

Parce que tu ne veux plus souffrir, parce que tu ne peux plus dormir,

Parce que tu ne veux plus rien attendre, parce que la solitude t’étrangle,

Parce qu’il faut toujours être fort, et ne jamais montrer ses torts,

Parce que tu as trop de blessures et parce que tu veux jouer les durs

 

Pourtant, tu as, besoin d’amour,  d’aimer et d’être aimé

Pourtant, tu as, besoin d’amour, et de tendresse, et d’amitié

 

Parce que tu sens vieillir, parce que tu n’oses plus le dire

Parce que tu perds confiance, avec le sens de l’existence,

Parce que tu ne peux plus tenir dans tant de vide et de silence

Parce qu’à ton tour tu as blessé d’avoir été si mal aimé

 

Pourtant tu as besoin d’amour,  d’aimer et d’être aimé

Pourtant tu as besoin d’amour, et de confiance et d’amitié.

 

Aimer et être aimé !

Repost 0
Published by Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 20:42
 
Images du monde et paysages intérieurs
 
Montage, photos, paroles, mélodie et interprétation: Aurore Poret
Merci à un ami pour l'arrangement et l'enregistrement

Repost 0
Published by Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 14:05

 

Dernière chanson sur deezer: http://www.deezer.com/music/playlist/64651421 

 

Paroles, mélodie et interprétation Aurore Poret

 

 

LYRICS

 

Je crève de me taire, de le voir devenir vieux,

De l’entendre à deux pas, le savoir à mille lieues,

Je crève à distance, je l’approche il me fuit,

Je crève comme on crie de souffrance contrit…

 

Puisqu’il n’y a que des loups, je préfère les fous,

Entre tous ces débats, entre tous ces combats,

Entre vous ces frontières, entre nous ces barrières,

Entrevues qui s’écaillent, entretuent mes entrailles…

 

Si je pars, plus tôt, que sonnerait mon heure,

Pardonnez moi, vous qui m’aimez, vous qui avez un cœur,

Si je pars, plus tôt, j’achève mes douleurs,

Pardonnez moi, si vous m’aimez, pardonne-moi Seigneur…

 

Permettez que j’abrège ce long purgatoire

Comme on ôte des vies dans de vils abattoirs,

Puisque faibles et fragiles ici n’ont pas leur place

Laissez moi espérer qu’au delà on leur fasse…

 

Puisque aucune fumée, alcool ou piqûre

Me feraient oublier agonies et tortures

Qu’endurent et défigurent ces enfants de ma terre

Impuissante je quitte cette scène de calvaire…

 

Si je pars, plus tôt, que sonnerait mon heure,

Pardonnez moi, vous qui m’aimez, vous qui avez un cœur,

Si je pars, plus tôt, j’achève mes douleurs,

Pardonnez moi, si vous m’aimez, pardonne-moi Seigneur…

 

Puisque tout devient sale, m’abandonne ou fait mal,

Empourpre le blanc de mes yeux bleus brûlants,

Le charbon du rimmel des paupières à mes joues,

S’écoule comme saignent mes veines sous vos jougs…

 

Puisque l’Indifférent est plus roi que le cœur

A jamais mon amour à ces gloires sans valeur

Je pars seule pour nulle part ou peut être pour ailleurs

Puisque tu ne me retiens muet je t’aime

 

solo

 

Si j étais partie sans garder confiance, quittant l’espérance

dans ces errances sans accueillir la grâce.
Si j étais partie, avant d’être sauvée, je n’aurai pas vu la puissance,

la puissance  d’être aimée.

Car tu es, Seigneur, le cœur de mon cœur, la vie de la vie, la force par l'Esprit, Seigneur merci! 

Repost 0
Published by Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 15:53

 

 

 

Il y a toujours, cette foutue mémoire, qui nous rappelle, quand il est trop tard, 

ce qui nous fait mal, et qu’on aimerait voir disparaitre, quand…

 

Quand à bout de force, à bout de souffle, à bout de bras,

Nos projets s’étouffent, nos rêves s’essoufflent et tout s’en va…

Que reste-t-il de moi ? Que reste-t-il de toi ?

 

Sans un ami, sans un abri et sans toi,

Que suis-je sans toit, que suis-je sans toi ?

Sans un ami, sans un abris et sans toi,

Que suis-je sans voix, que suis-je sans voie ?

 

Quand, le soir je m'endors, seuls le froid et la nuit, me recouvrent, me recouvrent.

Quand, à l’aube je m’éveille, seuls le bruit et l’oubli, me retrouvent, me retrouvent. 

Comme le feu du soleil me réchauffe ou me brûle, l’âme humaine … 

Moi qui n’ai plus de nom, car personne ne m’appelle, je t’appelle…

 

Quand à bout de force, à bout de souffle, à bout de bras,

Nos projets s’étouffent, nos rêves s’essoufflent et tout s’en va…

Que reste-t-il de moi ? Que reste-t-il de toi ?

 

Sans un ami, sans un abri et sans toi,

Que suis-je sans toit, que suis-je sans toi?

Sans un ami, sans un abri et sans toi,

Que suis-je sans voix, que suis-je sans voie ?

 

Quand des regards absents me croisent comme une ombre, invisible, invisible.

Quand des regards violents, méprisants me condamnent, comme nuisible, comme nuisible.

Comme le feu du soleil, me réchauffe ou me brûle, l’âme humaine …

Sous le manteau du ciel, maculée par la vie, mais je saigne…

 

Quand à bout de force, à bout de souffle, à bout de bras,

Nos projets s’étouffent, nos rêves s’essoufflent et tout s’en va…

Que reste-t-il de moi ? Que reste-t-il de toi ?

 

Chanson et peintures: Aurore Poret

Repost 0
Published by Aurore Poret - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 15:04

 

 

Ces mots, ces mélodies, tu ne les entends pas,
Cette passion qui rugit, elle ne t'atteint pas...

 

Je pourrais être marginale,
M'agiter faire tout un scandale,
Trouver les clés de tous dédales,
Ou choisir un chemin banal,

 

Je pourrais faire semblant d'aimer,
Tuer les guerres, battre les armées,
Me dire la muse de tous espoirs,
Trouver la ruse de tous savoirs,

 

Mais pour te prouver que je t'aime,
je ne sais plus que faire ou dire...
Mais pour t'entendre me dire je t'aime,
je ne sais plus que faire ou dire...
Tu es mon mystère et mon goût de vivre,
je ne sais plus que taire ou dire...

 

T'offrir palais ou cathédrale,
D'étoiles et d'or orner des stalles,
Mes mains, des calices en pétales,
Le monde entier pour une escale,

 

Courir des terres inconnues
Des univers disparus,
Pour te donner ce qui n'est plus,
Exister quand je ne suis plus,

 

Mais pour te prouver que je t'aime,
je ne sais plus que faire ou dire...
Mais pour t'entendre me dire je t'aime,
je ne sais plus que faire ou dire...


Tu es mon mystère et mon goût de vivre,
Je ne sais plus comment te dire...

 

Texte, mélodie et interprétation Aurore Poret Paris 2009©

Cannes, Images et montage Aurore Poret
http://auroreart.over-blog.com
-----

These words, these songs, you do not hear them,
This passion that roars, it does not touch you ...

 

I could be marginal,
Haunt me raise Cain,
Find the keys to all mazes,
Or choose a path banal

 

I could pretend to love,
Kill the wars, armies fight,
Tell me the muse of all hopes,
Find all the cunning of knowledge,

 

But to prove to you that I love you,
I do not know what to do or say ...
But to hear you say I love you,
I do not know what to do or say ...
You're my mystery and my zest for life
I do not know what to say or shut up ...

 

Offer you palace or cathedral,
On stars and gold adorn the stalls,
My hands, chalices petals
The world for a stopover

 

Running unknown lands
Universes missing
To give you what is more,
Exist when I'm dead,

 

But to prove to you that I love you,
I do not know what to do or say ...
But to hear you say I love you,
I do not know what to do or say ...


You're my mystery and my zest for life
I do not know how to tell you ...

 

Aurore Poret Paris 2009©
http://auroreart.over-blog.com

 

Repost 0
Published by Aurore Poret Joffrain - dans MUSIQUE
commenter cet article